Le crowdsourcing appliqué au journalisme

crowdsourcing

Le crowdsourcing appliqué au journalisme, une source inépuisable de sujets d’article ! – Photo by Matthew Henry

Le Web a révolutionné la manière de communiquer. L’une de ses principales innovations a été de transformer l’internaute en générateur d’informations. Ce rôle nouveau lui donne une position inédite dans la production de l’information. Une aubaine pour vous, journalistes et rédacteurs Web. C’est également pour vous l’occasion de tisser de nouveaux liens avec votre lectorat. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui le “crowdsourcing” appliqué au journalisme.

Le crowdsourcing permet aux journalistes et rédacteurs Web de mettre leurs lecteurs à contribution. Cela a pour avantage de permettre à une équipe de rédaction de bénéficier d’un contenu supplémentaire et facilement accessible. Appelée également “production participative“, le crowdsourcing est l’utilisation de la créativité, de l’intelligence et des savoir-faire de vos internautes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par vous-même.

Un rapport journaliste/lecteurs modifié

Avant le Web, les échanges entre le journaliste et son lectorat répondait à un schéma pyramidal, bien hiérarchisé, avec une communication de l’information unilatérale, allant du journaliste vers ses internautes.

Le Web a complètement fait exploser ce modèle. En effet, ce schéma pyramidal a totalement éclaté pour prendre plutôt la forme d’une étoile, où tout le monde est susceptible de devenir un producteur d’information. Par cette évolution, les lecteurs sont désormais en capacité de s’adresser directement aux rédacteurs. Mais ces nouvelles possibilités s’appliquent également à d’autres structures telles que les institutions, les entreprises, les associations… faisant de chacune de ces structures un média à part entière.

Des sites d’information tels que Owni, Agoravox ou encore Rue89 pour ne citer qu’eux, sont des exemples de médias qui aujourd’hui investissent dans le crowdsourcing. “Enquête ouverte” a été le premier site français à utiliser cette méthode pour recueillir de nouvelles sources d’information.

Le crowdsourcing, comment ça marche ?

En 2016, le site inaglobal.fr a indiqué que “le quotidien britannique The Guardian a lancé un appel à contribution afin d’aider à la découverte d’informations dans le rapport accablant d’un conseiller du gouvernement concernant l’intervention militaire de la Grande-Bretagne en Irak en 2003, rapport contenant environ 2,6 millions de mots“. Le journal a publié une aide à ses lecteurs sous forme de pistes de recherche et de réflexion pour les aider à trier l’information pertinente.

Loin d’être un cas isolé, cette méthode est amenée à continuer à prendre de l’ampleur, notamment grâce à l’avènement des réseaux sociaux qui ont amplement contribué à rendre exponentielle la masse de données mises en ligne chaque jour sur le Web.

Cependant, en dehors de ce cas particulièrement représentatif, la méthode la plus simple de faire du crowdsourcing reste de demander directement aux internautes de partager les informations qu’ils ont en leur possession. Il s’agit de les impliquer dans la recherche d’informations et, parfois-même dans la rédaction d’articles sur votre blog ou votre site internet.
Les avantages pour vous :

  • Cette méthode démultipliera vos possibilités de création,
  • Ce contenu neuf est une mine d’or. Les contributeurs seront amenés à alimenter ces données qu’ils apporteront avec des compétences et connaissances personnelles qui viendront compléter les vôtres,
  • Ils vous aideront à trouver des thématiques, des angles, auxquels vous n’auriez peut-être pas pensé,
  • Les témoignages de vos lecteurs peuvent venir enrichir l’un de vos sujets,
  • Ils peuvent vous apporter du contenu à forte valeur ajoutée (exemple : vidéo amateur, photo, etc.).

Si vos sources sont fiables et fidèles, leur travail peut éventuellement être rémunéré. En effet, le travail journalistique demande malgré tout un niveau minimum d’expertise.

Quel avenir pour le crowdsourcing ?

Les pratiques journalistiques étant en pleine mutation, le crowdsourcing y a légitimement toute sa place. Sur le Web, les médias participatifs fleurissent, réduisant progressivement l’épaisseur de la frontière entre les journalistes professionnels et les internautes amateurs. La hiérarchie traditionnelle est totalement revue et, bien que la méthode soit très rentable, la question peut cependant se poser sur la qualité de l’information transmise et la fiabilité des sources. A vous de veiller à la qualité de l’information qui remontera jusqu’à vous.

Cependant, cette méthode rejoint tout à fait l’esprit que je me fais du journalisme et de l’écriture journalistique aujourd’hui. L’information est accessible à tous. Alors chacun devrait avoir le droit de véhiculer ces informations, à condition de savoir comment le faire bien. Cela ne doit plus rester réservé à une élite. C’est ce que je veux vous enseigner sur ce blog à travers mes différents conseils. Et, en choisissant d’impliquer leurs lecteurs dans le processus de recherche, de collecte et de rédaction de l’information, les médias qui utilisent cette méthode, contribuent à la démocratisation de la diffusion de l’information.

Ainsi, sur vos publications (blog, site internet, newsletter), n’hésitez pas à mettre à contribution vos lecteurs. Incitez-les à réagir dans les commentaires de vos articles. Encouragez-les à participer sur vos réseaux sociaux, et pourquoi pas à les rencontrer. Vous découvrirez ainsi une mine d’informations dont vous n’auriez jamais eu connaissance sans cette méthode qu’est le crowdsourcing.

Si vous utilisez déjà cette méthode, n’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires. Dites-moi ce que cela vous a apporté, bonnes ou mauvaises expériences.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 9
    Partages
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.